14 June 2022

Upcycling : la réutilisation bénéfique qui relocalise et valorise les déchets

Recyclage valorisant, antidote au downcycling et réinterprétation créative du concept de vintage, cette habitude vertueuse déjoue la concurrence des déchets et remet en circulation produits, matières premières et objets, les destinant à une nouvelle vie inattendue.

Souvent, la circularité est un simple fait de perspective.

Pensez-y... Ne pensez-vous pas qu'il suffirait parfois d'élargir le champ de vision, de sortir du périmètre des habitudes établies et de démanteler ce qui a toujours été tenu pour acquis, pour faire place à de nouvelles solutions ?

La question est rhétorique, mais la réponse « oui » est tout sauf anodine : se donner la possibilité de regarder ce que l'on a entre les mains comme quelque chose qui a bien d'autres possibilités à faire valoir, comme une ressource précieuse pour en obtenir plus, est une opportunité à ne pas manquer.

C'est sauver les déchets a priori d'un destin tracé, lui donner une qualité supérieure et une fonction inédite. Faire d'une caisse à fruits un meuble moderne et sophistiqué, par exemple.

Et c'est justement avec la somme de petites intuitions que se fait la révolution environnementale.

 

Upcycling : qui l'a inventé, qui a essayé et qui a réussi*

Quelques coordonnées, sur la voie du progrès, c'est toujours bien d'en avoir.

Pour commencer, il se trouve que ce parcours spécifique a commencé par une tentative pratique de ne s'attarder que plus tard sur la nécessité de lui donner un nom.

La première époque de l'upcycling remonte à 1963, lorsque Heineken tenta de transformer les bouteilles de bière usagées et abandonnées en briques de construction. La campagne fut baptisée Wobo, mais l'époque n'était pas la bonne et l'entreprise (de construction) ne prit pas racine.

La deuxième fois a été la bonne : dix ans plus tard, les architectes Charles Jencks et Nathan Silver ont validé une nouvelle méthode de conception, donnant aux objets et matériaux qui ont toujours fait partie de notre monde des rôles et des significations originaux par rapport à ceux que nous avons l'habitude d'envisager : c'est ainsi qu'est née, dans tous les sens du terme, l'idée d'upcycling.

Il faut le dire… L'idée d'Alfred Heineken était gagnante et destinée à vaincre le risque de tomber aux oubliettes. Pour cette raison, en 1994, le terme upcycling est introduit par un ingénieur en mécanique allemand, Reiner Pilz, qui, dans les pages du magazine d'architecture et d'antiquités Salvo déclara : Ce dont nous avons besoin, c'est de l'up-cycling, grâce auquel les anciens produits sont valorisés » .

Upcycling, recyling, downcycling et vintage : guide de lecture

De nombreux termes ont été forgés sur le thème du « réemploi », et il serait bon de ne pas s'y perdre.

Le premier point d'appui est donné par les préfixes, qui nous permettent de comprendre la valeur et la dévalorisation en termes clairs. Si « up » implique une réutilisation avec un résultat amélioré, « down » ne cache pas la dégradation du produit en question : une perte inévitable de qualité et d'utilité.

Et le recyclage ? Depuis le début du monde, il est considéré comme une pratique vertueuse, à s'approprier et à proposer de porte à porte. Récupérer est essentiel, surtout maintenant que l'urgence environnementale nous oblige à changer de cap, mais ça a une limite : celle de rendre à l'objet jeté sa fonction antérieure, sans le repenser et lui redonner une nouvelle dignité.

En un mot : recycler, c'est remettre au travail. Avec le risque impitoyable que parfois les propriétés de la matière se perdent (downcycling, pour les plus attentifs) et que les possibilités d'utilisation s'amenuisent dangereusement.

Et l'upcycling ? Eh bien, il s'agit de la valorisation des déchets. À la fin d'un cycle, un nouveau commence : oui, mais avec une valeur plus élevée.

Entre les deux se trouve le vintage, pour la mode et au-delà. En commun avec le recyclage, il a la même fonction de départ. Mais similaire à l'upcycling, il a la capacité d'augmenter la perception de la qualité et de la désirabilité de cet objet (pour les vrais connaisseurs).

Et comment se fait la réutilisation créative ?

Autre petit clin d'œil : le recyclage intervient en fin de vie et « rassure » le consommateur sur ses conséquences environnementales. Mais les attentes s'arrêtent là, au moment de leur dépôt dans les conteneurs de tri.

Pouvoir voir le début d'une nouvelle vie dans un objet ancien ne signifie pas seulement avoir contribué à la prolonger. C'est beaucoup plus, car cela affecte aussi de près nos intérêts esthétiques et émotionnels. Savoir redessiner l'histoire d'un objet, imaginer ce qu'il pourrait devenir d'autre, est une expérience satisfaisante. Cela nous fait économiser de l'argent, bien sûr, mais surtout cela élargit notre capacité d'imagination.

Il existe deux façons de pratiquer l'upcycling : en pré-consommation et post-consommation. Le consommateur est le tournant des fonctions infinies qui peuvent être attribuées à un matériau, avant ou après qu'il soit entré entre ses mains. 

Un exemple ? Dans le premier cas, les fabricants peuvent utiliser des chutes de tissu usé pour confectionner un vêtement. Techniquement donc, ce déchet n'a encore jamais traversé la vie du consommateur. Dans le second, ils peuvent au contraire modifier des vêtements usagés, qui ont déjà eu à voir avec une personne qui les a portés. Et cela peut être fait aussi bien par une marque que par l'acheteur lui-même... moyennant un peu plus d'inventivité.

 

Mode, décoration, mais aussi cosmétique : l'upcycling made in Oway

Pour rester dans les chiffres : le gaspillage de vêtements est estimé à 92 millions de tonnes chaque année . Avez-vous une idée de la quantité d'énergie et de ressources dépensées pour les emballer ?

Qu'en est-il des aliments jetés systématiquement, dans la consommation domestique et dans la chaîne d'approvisionnement de la grande distribution ? Près d'un milliard de tonnes de nourriture est gaspillé chaque année dans le monde, soit 17% de tout ce qui est produit.

Souvent des produits alimentaires encore comestibles et destinés à la consommation humaine ou animale. Sauf que, en l'absence d'une éventuelle utilisation alternative, ils sont éliminés.

Prenons le noyau de l'olive : après avoir exploité la pulpe, on pourrait penser que l’acquisition de toutes les propriétés bénéfiques a été faite. Et au lieu de cela... même si le noyau ne se mange pas, c'est une mine de propriétés tout comme la pulpe.

Pour l'industrie agroalimentaire ? Non, pour la cosmétique.

Pour cette valeur toujours vivante, pour cette richesse qui ressurgit en changeant d'usage, Oway a choisi d'inclure un actif issu de l'upcycling dans toutes les familles d'agricosmétiques de la nouvelle gamme Styling & Finish.

Chez des producteurs certifiés d'Émilie-Romagne, des Alpes, de Calabre et de Toscane, nous récupérons le noyau d'olive, les pépins de pomme sauvage, la pulpe d'orange et le marc : des déchets, dans la perspective de la consommation alimentaire, dont nous extrayons des éléments fonctionnels décisifs dans les formulations cosmétiques.

Des déchets qui deviennent des ressources, des déchets d'une valeur énorme qui reviennent en circulation en réduisant la dépense (incontrôlée) de nouvelles matières premières.

 

MORE FROM JOURNAL

Pour un monde post-plastique : à la découverte du principe actif derrière tous nos choix

Dans cette édition de Cosmoprof 2024, nous avons semé la graine de l'agricosmetica® partout où le terrain était fertile, braquant les projecteurs pour que notre secteur aussi réfléchisse à l'avenir de l'écosystème. Immergés – mais à distance – dans le monde de ceux qui, comme nous, proposent des produits cosmétiques, nous avons choisi de montrer ce qui nous est le plus cher : nos racines.

Réutiliser est chic: voici le nouveau paradigme de la mode responsable, qui recrée à l’infini

Dans un monde où tout a déjà été créé, la seule tendance qui ne meurt jamais, c’est l’ennui.   La mode innove, étonne, ébranle les paradigmes, mais, au fond, elle a adhéré pendant des années au principe même de toutes les supercheries : l’idée selon laquelle « beau » et « désirable » égal inédit.

À la recherche de l'expérience : l'art des détails qui font la différence

Lorsque les désirs et les attentes sont satisfaits par les sensations, l'expérience a lieu. Lorsque l'expérience dépasse les limites de l'habituel et s'enrichit du souci du détail, du sens de l'accueil et de l'anticipation des besoins, le souvenir prend forme. Et celui-ci, nous sommes prêts à parier, sera inoubliable.

Select country and language

Close

Nord Europa

  • Estonia
  • Danimarca
  • Finlandia
  • Lettonia
  • Lituania
  • Olanda
  • Svezia

Sud Europa

  • Spagna
  • Grecia
  • Italia
  • Malta
  • Portogallo

Ovest Europa

  • Belgio
  • Croazia
  • Repubblica Ceca
  • Germania
  • Francia
  • Irlanda
  • Lussemburgo
  • Austria
  • Regno Unito

Europa centrale e dell'est

  • Bulgaria
  • Ungheria
  • Polonia
  • Romania
  • Slovacchia
  • Slovenia

Altre

  • Stati Uniti
Fermer

Utente loggato

Fermer